10 expressions du football pour la Coupe du Monde 2022

Avec les récents matchs que l’équipe de France a gagnés lors de la coupe du monde de football au Qatar, je me suis intéressée aux expressions du football, du monde du sport et les plus spécifiques qui concernent les règles du jeu. Y-en-a-t’il que les supporters utilisent ? Et les joueurs eux-mêmes ? Qu’en est-il des journalistes ?

Évidemment, j’en ai trouvé pas mal et un peu partout sur la toile, mais celles-ci m’ont particulièrement amusée. Voici alors quelques expressions illustrées du milieu sportif, que j’ai également traduites en anglais.

« Être sur la touche », « Rester sur la touche » ou « Être mis·e sur la touche »

Cela se dit lorsqu’un joueur ou une joueuse est exclu·e du match ou n’a plus le droit d’y participer. Au sens figuré, cette expression veut dire qu’une personne est mise à l’écart. Utilisée surtout dans le domaine du sport, cette locution s’utilise dans d’autres contextes et veut aussi dire qu’une personne n’est pas dans le coup. Une personne est tenue à l’écart d’une affaire.

Carton rouge et Carton jaune

Simple comme bonjour, on sait toutes et tous ce que cela veut dire. Le carton jaune est utilisé comme un avertissement au joueur par l’arbitre. Le carton rouge est une sanction infligée également par l’arbitre, entraînant une expulsion définitive du terrain de jeu.

En anglais : « Red card » et « Yellow card »

La balle est dans son camp

Cette expression rigolote signifie que c’est maintenant à une personne de parler. Dans le cadre du sport, c’est maintenant au joueur ou à la joueuse d’agir. C’est à lui ou à elle de faire ses preuves, à lui ou à elle de jouer. Cela ne dépend plus que de lui ou d’elle. Quelle pression !

En anglais : « The ball is in one’s court »

Marquer à la culotte

Quand on dit qu’on procède à un marquage de la culotte, on surveille quelqu’un attentivement, de très près.  On suit quelqu’un à la trace. Ne pas lâcher quelqu’un.

Jouer la montre

Au contraire de jouer contre la montre, cette expression veut dire chercher à gagner du temps. Tout faire pour gagner, au plus vite. En termes plus techniques, cesser d’attaquer l’équipe adverse, ralentir le rythme pour préserver sans risque un résultat favorable jusqu’à la fin du match. Ou bien par l’inaction ou des moyens déloyaux, se sortir d’une mauvaise situation. On a tous vu ça dans les matchs récents de la coupe du monde !

En anglais : « Play for time » (« Jouer pour le temps »)

Un renard des surfaces

En d’autres termes, Thierry Henry ou Olivier Giroud ! Un renard des surfaces, tel l’animal infiniment rusé, est un buteur expérimenté, sachant se placer comme personne. C’est un joueur ou une joueuse qui a une capacité hors du commun à profiter de la moindre occasion pour marquer, qui possède un sens inné du but, et qui est toujours au bon endroit pour tirer au but. C’est sur les renards des surfaces qu’on compte, dans cette coupe du monde ! On parle aussi de « terreur des surfaces ».

En anglais : « Fox-in-a-box » (« Renard dans une boîte »), « Goalscoring sensation » (« Un phénomène du but »)

« Nettoyer (ou décrocher) la toile d’araignée » ou « Nettoyer la lucarne »

Cela se dit d’un footballeur ou une footballeuse qui marque un tir surpuissant, venu se loger directement dans la lucarne du but, d’où la fameuse « toile d’araignée ». Forcément, c’est l’angoisse première des gardiens qui n’apprécient que très peu ces frappes d’une précision chirurgicale qu’ils ont de fortes probabilités de manquer !

En anglais : « To shoot the top corner », « Into the top corner »

Tacler (son adversaire)

Au football encore, cette expression, reprise de l’anglais « to tackle », signifie faire une glissade afin de tenter de déposséder l’équipe adverse du ballon. Ou encore de reprendre le ballon, de jouer en défense. Mais ce terme s’emploie aussi au quotidien. Tacler quelqu’un veut dire critiquer, envoyer une pique, faire un coup bas. Dans un débat politique, cela veut dire attaquer ou contrer son adversaire ou son interlocuteur.

En anglais : « Tackle one’s opponent »

Fermer la boutique

Rien à voir avec le magasin ou le commerce ! En effet, c’est précis car c’est une tactique « ultra-défensive consistant à regrouper l’ensemble du bloc équipe le plus proche de son but, afin de minimiser les chances des adversaires de revenir au score ». Je n’aurais jamais deviné car selon moi, quand on « ferme boutique », on met la clef sous la porte. Mais c’est encore une autre expression à creuser !

En anglais : « Make a wall » ou « Park the bus » (suggestions par notre ami Justin Busch)

Laisser sa carte de visite

Ce sera la dernière de cette liste, cette expression rigolote vient d’un présentateur sportif connu et désigne encore une action très technique, au cours de laquelle un joueur laisse son adversaire sur place à l’aide d’un dribble. Bon, j’aime le foot, mais je n’ai pas un savoir aussi aiguisé !

En anglais : « Calling card »

Source

J’espère que cette petite série d’expressions du football aura éveillé votre curiosité sur les matchs à venir, ne serait-ce que pour votre propre culture générale ! Je vous invite à découvrir pléthore d’expressions sur la nourriture, les animaux ou encore les expressions grossières qui vous donneront la patate.

N’hésitez pas à m’enrichir de vos connaissances en expressions sportives, en réagissant dans les commentaires ci-dessous. À très vite pour d’autres expressions illustrées, et croisons les doigts pour l’équipe de France !

Expressions à découvrir...

7 commentaire

  1. J’étais footballeur au lycée, mais pas vraiment fan après, sauf pour quelques années comme coach de jeunes filles. Sinon, j’ai quelques idées en anglais pour les deux derniers.

    Quant à « fermer la boutique », en football américain, on parle d’une formation « max protect » (7 joueurs à la ligne pour protéger le quarterback). Mais pour le football version FIFA, on dit « make a wall. » Le seul mot argotique que je connais pour ça, c’est « park the bus » (stationner le bus).

    On dit « calling card » en anglais exactement comme « carte de visite ». C’est la même chose, et on entend ça parfois des animateurs américains à la télé dans de nombreux sports.

    1. Merci beaucoup Justin, je vais ajouter ces équivalents 🙂

  2. Jean-Louis Langevin

    En prendre plein la musette. 10 buts encaissés par exemple…

  3. Ces expressions, c’est trop de la balle !

    1. Merci beaucoup !

  4. Mon fils me dit que l’on dit “parking the bus” pour fermer la boutique
    Si qqc rate un tire facile, l’expression anglaise serait d’après mon fils “he couldn’t finish his diner”

    1. Ah super, merci !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :