Toucher du bois

43698399_1802053229912785_5958701269848686592_n

Définition :

Conjurer le mauvais sort.

Origine :

La signification de cette expression est explicite : il ne s’agit là que d’un geste superstitieux, souvent accompagné de la parole « je touche du bois ! », tout aussi efficace que de « croiser les doigts » ou de se signer, selon les convictions ou les habitudes de chacun.
Ce geste est supposé empêcher que des bâtons viennent se mettre dans les roues des projets de celui qui y participe ou lui permettre d’exaucer ses voeux de santé, de gain au Loto…

Apparemment, cette superstition remonte à très loin, puisque les les Perses et les Egyptiens la pratiquaient déjà.
Pour les premiers, ce serait parce qu’ils pratiquaient le ‘mazdéisme’, religion dans laquelle le fait de toucher du bois permettait de se mettre sous la puissance protectrice d’Atar, le génie du feu.
Pour les seconds, ce serait parce qu’il pensaient que le bois diffusait une forme de magnétisme bénéfique.

Au Moyen Âge, les chrétiens disaient que l’habitude de toucher du bois venait de ce que le Christ avait été sacrifié sur une croix en bois : toucher du bois était donc une forme de supplication ou de prière qui permettait de se protéger de l’adversité.

Traduction en anglais :
Littérale : « To touch wood »
Equivalent : « To touch wood » (Angleterre), « To knock on wood » (Etats-Unis)

Avoir des atomes crochus (avec quelqu’un)

61AF5AE2-754A-4C8C-A4D4-276383C1197E

Définition : 

Avoir des affinités avec quelqu’un, une complicité, des points communs.

Origine :

Cette expression vient de traités de physique réalisés par des atomistes grecs de l’antiquité tels que Démocrite et Epicure entre 460 ans et 270 ans av. J-C. Ces scientifiques y déclaraient : « Enfin, les corps que nous voyons, durs et massifs, doivent leur cohésion à des atomes plus crochus, plus intimement liés et entrelacés en ramifications complexes ».

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To have hooked atoms »

Equivalent : « To hit it off with somebody »

Vivre d’amour et d’eau fraîche

42507539_1771552516296190_8428804809376661504_n

Définition : 

Vivre de peu ou de rien.

Origine :

Expression un peu ironique qui fait allusion au fait que si l’on s’alimente juste d’amour et d’eau fraîche, on a alors besoin de peu pour vivre. On a tendance à utiliser cette expression pour qualifier les personnes qui perdent l’appétit au début d’une relation amoureuse.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To live of love and cold water »

Equivalent : « All you need is love. »

Avoir un cœur d’artichaut

16AAFBEB-C416-4FE3-BB1A-7F1DD7719EC2

Définition :

Tomber facilement et souvent amoureux.

Origine :

Le coeur désigne ici le centre du végétal, le fond d’artichaut duquel se détachent de nombreuses feuilles, une pour chaque personne présente, tout comme quelqu’un qui a un coeur d’artichaut donne un peu d’amour à chaque personne qui lui semble digne d’intérêt.

Cette expression qui date de la fin du XIXe siècle vient de la forme proverbiale « coeur d’artichaut, une feuille pour tout le monde ».

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To have a heart made of artichoke »

Equivalent : « To be fickle » (être inconstant, changeant)

Trois francs six sous

37797037_1683754695075973_339137605603950592_n.jpg

Définition :

Expression familière, se dit de quelque chose qui ne vaut pas grand chose.

Une toute petite somme d’argent.

Source

Origine : 

Rapidement trois francs six sous s’est mis à ne représenter que très peu d’argent. A la fin du 19ème siècle, cette somme représentait une journée de travail d’un ouvrier dans une usine de production ou à la mine. Douze heures de dur labeur pour gagner une si petite somme permettant certes d’acheter à manger mais guère plus.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « Three francs six sub »

Equivalent : « Cheap »

Chapeau bas !

FE2EC15F-F83A-4415-B94C-F6A8588BAD28

Définition :

Quelle remarquable performance !

Origine :

Cette expression tire son origine dans nos coutumes de politesses, qui invitent les hommes à se découvrir le chef en certaines occasions. Face à une performance notable, en guise de respect, on était ainsi prié de faire chapeau bas.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : “Hats low”

Equivalent : “Hats off”