Se sentir pousser des ailes (Donner des ailes)

Définition :

L’expression familière « Se sentir pousser des ailes » ou autrement dit « Donner des ailes » signifie être surmotivé(e) par une situation.

Prendre son autonomie. Avoir une soudaine envie d’entreprendre, avoir l’impression que tout va nous réussir.

Origine :

L’aile représente dans l’imaginaire, certains êtres surnaturels, comme Pégase, dotés de cet organe qui permet de voler. « Donner des ailes », c’est fournir la capacité à se surpasser, à être transcendé par une situation pour laquelle on se bat.

Source 1

Source 2

Traduction en anglais : 

Littérale : « To grow wings »

Equivalent : « To feel ten feet tall » / « To feel exhilarated »

Souffler le chaud et le froid

Définition :

Dire tout et son contraire.

Origine :

Cette expression apparaîtrait pour la première fois dans l’une des fables d’Ésope, un écrivain phrygien du VIIe siècle avant Jésus-Christ. Elle est réutilisée des siècles plus tard par Jean de la Fontaine en 1668 dans Le Satyre et le Passant. Son sens est resté le même jusqu’à nos jours.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To blow the hot and the cold »

Equivalent : « To blow/blowing hot and cold »

Se lever du pied gauche

46094241_1851727374945370_912726137182879744_n

Définition :

Être de mauvaise humeur (dès le réveil).
Mal commencer une journée.

Origine :

Tout homme normal est droitier, c’est bien connu. Il est donc très maladroit (ou très gauche) de ses membres gauches.
Par conséquent, tout homme normal se lève de son lit en commençant par poser son pied droit par terre ; c’est d’une totale évidence, n’est-ce pas ?

Si, par malheur, il vient à poser d’abord son pied gauche à celui du lit, c’est que, par métaphore, la journée démarre très mal, ce qui, on le conçoit bien, peut mettre de fort mauvaise humeur.

Même si c’est un tantinet capillotracté, il ne faut pas chercher plus loin l’origine de cette expression.

Cela dit, on ne peut oublier quand même que ‘gauche’ se disait avant ‘senestre’, mot qui a la même origine que ‘sinistre’. Alors on ne peut s’empêcher de faire un lien, même s’il est ténu.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To wake-up from the left foot »

Equivalent : « To get out of the wrong side of the bed » or « To be off color »

Avoir les jambes en coton

45628935_1842845615833546_1206749848691277824_n

Définition :

Se sentir faible, ne plus avoir de force dans les jambes.

Origine :

Expression française du milieu du XIXème créée par Stendhal dans la Charteuse de parme. C’est tout simplement le signe d’un malaise, un état de fatigue passagère entraînant une baisse d’énergie et des jambes en coton ne peuvent soutenir quelqu’un.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To have legs made of cotton »

Equivalent : « To feel groggy »

Avoir des atomes crochus (avec quelqu’un)

61AF5AE2-754A-4C8C-A4D4-276383C1197E

Définition : 

Avoir des affinités avec quelqu’un, une complicité, des points communs.

Origine :

Cette expression vient de traités de physique réalisés par des atomistes grecs de l’antiquité tels que Démocrite et Epicure entre 460 ans et 270 ans av. J-C. Ces scientifiques y déclaraient : « Enfin, les corps que nous voyons, durs et massifs, doivent leur cohésion à des atomes plus crochus, plus intimement liés et entrelacés en ramifications complexes ».

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To have hooked atoms »

Equivalent : « To hit it off with somebody »

Vivre d’amour et d’eau fraîche

42507539_1771552516296190_8428804809376661504_n

Définition : 

Vivre de peu ou de rien.

Origine :

Expression un peu ironique qui fait allusion au fait que si l’on s’alimente juste d’amour et d’eau fraîche, on a alors besoin de peu pour vivre. On a tendance à utiliser cette expression pour qualifier les personnes qui perdent l’appétit au début d’une relation amoureuse.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To live of love and cold water »

Equivalent : « All you need is love. »

Trouver chaussure à son pied

31870877_1576605072457603_656133589645131776_n

Définition :

Trouver ce dont on a besoin.
Rencontrer la personne qui convient.

Origine :

Cette locution apparaît au début du XVIIe siècle, mais avec un sens bien différent puisqu’elle voulait dire « trouver quelqu’un qui résiste », le ‘à’ signifiant ‘contre’, à l’époque, et l’image étant celle d’un pied chaussé appuyant contre le sien.

Son sens actuel est une métaphore basée sur quelque chose de parfaitement compréhensible : une chaussure de taille inadaptée peut très vite devenir extrêmement désagréable et douloureuse ; pour se chausser, mieux vaut donc trouver des souliers à la fois à la bonne taille et ayant une forme adaptée aux pieds qu’ils vont chausser.
De là la généralisation au fait de trouver quelque chose dont on a besoin (et donc qui convient).

Mais on ne peut pas faire l’impasse sur le singulier (on ne dit pas « trouver chaussures [adaptées] à ses pieds ») qui n’est pas si singulier que ça quand on comprend les sous-entendus sexuels que véhicule cette expression, ‘le’ pied et ‘la’ chaussure étant bien deux choses situées sous la ceinture et destinées à rentrer l’un dans l’autre.
Il en reste d’ailleurs le sens de la rencontre de la personne qui convient.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To find a shoe for one’s foot »

Equivalent : « To find the one » ou « To find what you’re looking for »

 

 

Être né avec une cuillère d’argent dans la bouche

31292653_1568978119886965_1774920465623720453_n

Définition : 

Être né riche / dans une famille riche.
Ne pas avoir de soucis pécuniaires à se faire pour son avenir, dès la naissance.

Origine : 

Cette expression, dont la date d’apparition en France n’est pas précise, est une traduction littérale de la version anglaise « born with a silver spoon in his mouth » dont la première attestation en Angleterre se trouverait dans une traduction de Don Quichotte de Cervantès parue en 1712.
Aux États-Unis, elle apparaît en 1780 dans un des volumes de l' »Adams Family Correspondence ».

Si les cuillères ont d’abord été en bois, elles ont ensuite été principalement fabriquées en étain. Mais, dans les familles riches, il était de tradition que le parrain offre à son filleul une cuillère en argent au moment de son baptême, ce métal étant bien sûr une matière beaucoup plus noble et chère que l’étain.
Cet objet était donc un symbole prouvant à la fois que le bébé était né dans une famille très aisée et qu’il n’aurait donc probablement pas de soucis financiers dans le futur.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To be born with a silver spoon in the mouth. »

Equivalent : « To be born with a silver spoon in the mouth. »

 

 

 

Il y a du monde au balcon

27658023_1496832373768207_7482318094360771314_n

Définition : 

Langage familier servant à rendre hommage aux appas généreux d’une femme.

Origine : 

Il est à remarquer que le corps humain est fréquemment converti dans la langue des expressions françaises en une maison ou un immeuble : une personne de petite taille est basse de plafond, un fou est symbolisée par l’expression française « il n’y a plus personne au logis » et celui qui n’est pas trop futé qu’il « n’a pas la lumière dans toutes les pièces ». De ce fait, notre expression française dont l’origine remonte au XIXème siècle cherche à montrer que visibles , découverts et saillants en façade comme un balcon, ce sont des seins de femme mis en valeur par un décolleté indiscret qui sont décrits dans cette expression française. L’opulence qu’ils semblent avancer se transcrit par la métaphore d’un nombre important de personnes qui se presseraient au balcon comme au théâtre pour voir la scène.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « The balcony is crowded »

Equivalent : « She’s well endowed! »