11 expressions pour illustrer vos vacances d’été

11 Dédexpressions pour définir votre été

Que vous partiez en vacances en couple, en famille, ou en solo, Les Dédexpressions ont rédigé un petit condensé des expressions françaises qui reflèteront peut-être votre séjour sous le soleil, et en voici la liste. Et bonnes vacances, bien sûr !

1. Jeter l’argent par les fenêtres

Et oui, vous avez économisé toute une année, rassemblé vos chèques-vacances, et voici venu le temps de flamber ! Mais entre ceux qui jettent l’argent par les fenêtres, et ceux qui ont des oursins dans les poches, il y a un monde.

jeter l'argent par les fenetres
Les Dédexpressions

2. Ce n’est pas la porte à côté

Vous l’aviez planifié – ou pas, mais la route sera longue jusqu’à votre petit coin de paradis vacancier. Alors, patience, il faudra, et créativité, aussi, pour vous occuper pendant le trajet en attendant de tremper les pieds dans l’eau.

Ce n'est pas la porte a cote Les Dédexpressions
Les Dédexpressions

3. Tous les chemins mènent à Rome

En revanche, si vous vous perdez, pas de panique ! Prévoyez peut-être une carte routière au cas où vous n’auriez pas de réseau pour consulter votre GPS, et vous retrouverez le chemin. C’est aussi en se perdant qu’on découvre des petits trésors le long de la route !

tous les chemins menent a rome Les Dédexpressions
Les Dédexpressions

4. Appuyer sur le champignon

Tous ensemble : « Chauffeeeeeuuuur, si t’es champion… » – ça y est, je vous l’ai mise dans la tête ? Evidemment, on ne roule pas trop vite, on y va mollo sur l’accélérateur, et on conduit avec prudence sur ses trajets en vacances !

appuyer sur le champignon - Les Dédexpressions
Les Dédexpressions

5. Le trou du cul du monde

Ca y est, vous êtes arrivé(e)s dans ce trou paumé et vous avez l’impression qu’il n’y a pas un chat ? Il semblerait que vous n’ayez pas de réseau non plus ? Bien, c’est le moment de profiter pleinement de ce silence et de déconnecter des écrans pour vous retrouver.

le trou du cul du monde Les Dédexpressions
Les Dédexpressions

6. Ne pas nous en chier une pendule

Si vous partez en vacances avec vos enfants, vous êtes un(e) guerrier(ère). Si jamais ces derniers vous enquiquinent le long de la route ou alors que vous leur offrez gentiment une glace au chocolat, c’est le moment de leur demander une bonne fois pour toutes où ils ont mal, et surtout de vous laisser tranquille.

chier une pendule Les Dédexpressions
Les Dédexpressions

7. Mettre de l’eau dans son vin

Alors bien sûr, les vacances sont aussi faites pour se détendre et laisser de côté toutes les petites irritations quotidiennes. Leçon numéro 1 : tâcher de ne pas (trop) s’énerver, et encore moins auprès de son mec, sa belle-mère ou ses enfants. Bon, même si c’est plus facile à dire qu’à faire.

mettre de l'eau dans son vin Les Dédexpressions
Les Dédexpressions

8. Se dorer la pilule

Leçon numéro 2 : ne rien faire. Oui au farniente illimité, aux petits-déjeuners en terrasse, au bronzage et à la trempette ! Vive les vacances, et le don de ne rien faire. Relaxez-vous !

se dorer la pilule - Les Dédexpressions
Les Dédexpressions

9. Comme un poisson dans l’eau

Barbecue, journées plage, randonnées, restos… C’est le moment d’être heureux, de vous fendre la poire, et de vous créer plein de souvenirs inoubliables avec votre entourage ou les rencontres que vous ferez pendant vos vacances. Vous serez ressourcé à votre retour !

etre comme un poisson dans l'eau Les Dédexpressions
Les Dédexpressions

10. Avoir la gueule de bois

Car on sait déjà comment ça va finir, à moins de ne pas vouloir joindre l’utile à l’agréable en vacances ! A consommer avec modération, bien sûr.

avoir la gueule de bois Les Dédexpressions
Les Dédexpressions

11. Avoir les yeux plus gros que le ventre

Glaces, barbecues, chouchous, beignets… Même si on a l’impression que l’on mange moins l’été, parfois la diet estivale a tout l’effet inverse ! A éviter alors : le grignotage et les sodas !

avoir les yeux plus gros que le ventre Les Dédexpressions
Les Dédexpressions

 

Se sentir pousser des ailes (Donner des ailes)

Définition :

L’expression familière « Se sentir pousser des ailes » ou autrement dit « Donner des ailes » signifie être surmotivé(e) par une situation.

Prendre son autonomie. Avoir une soudaine envie d’entreprendre, avoir l’impression que tout va nous réussir.

Origine :

L’aile représente dans l’imaginaire, certains êtres surnaturels, comme Pégase, dotés de cet organe qui permet de voler. « Donner des ailes », c’est fournir la capacité à se surpasser, à être transcendé par une situation pour laquelle on se bat.

Source 1

Source 2

Traduction en anglais : 

Littérale : « To grow wings »

Equivalent : « To feel ten feet tall » / « To feel exhilarated »

Top 10 des Dédexpressions qui ont la cote

Je regardais les statistiques de mon blog, quand j’ai réalisé que vous appréciez certaines Dédexpressions plus que d’autres.

C’est alors que je me suis dit « Tiens, pourquoi ne pas partager ça avec la communauté ? ».

Alors me voilà à mon clavier, et je vous délivre les 10 Dédexpressions les plus visitées à ce jour sur mon blog.

Top 10 des Dédexpressions les plus aimées

10/ Voir midi à sa porte = 839 consultations

9/ Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué = 900 consultations

8/ Se jeter dans la gueule du loup = 935 consultations

7/ Tirer les vers du nez = 974 consultations

6/ Avoir les chevilles qui enflent = 1124 consultations

5/ Avoir le feu au cul = 1532 consultations

4/ Vouloir le beurre, l’argent du beurre et le cul de la crémière = 1970 consultations

3/ Tailler une pipe = 2262 consultations

2/ Chier des bulles = 2426 consultations

1/ Loin des yeux, près du coeur = 7292 consultations

Trouver la perle rare

Définition :

Personne ou objet très rare, difficile à trouver.

Origine : 

Si cette expression désigne une personne, il s’agit de celle dotée de compétences ou d’un physique hors normes, exceptionnel, que l’on a toujours recherchés. S’il s’agit d’un objet, c’est le plus beau, le plus exceptionnel de tous ceux que l’on a toujours souhaité posséder.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To find a rare pearl »

Equivalent : « To find a real gem »

 

Appuyer sur le champignon

Définition :

Accélérer.

Origine :

Dans notre monde moderne on pourrait croire que notre expression vient de ces jeux télévisés, comme le célèbre « Questions pour un champion » où les candidats ont devant eux un gros champignon plastique sur lequel il doivent très vite appuyer (d’où l’idée de vitesse) pour déclencher un signal dès qu’ils pensent avoir la bonne réponse.

Mais si cette expression argotique est utilisée principalement dans le monde automobile, c’est bien parce qu’elle en provient très directement, et ce depuis la première moitié du XXe siècle.

En effet, si aujourd’hui les pédales de nos véhicules motorisés (accélérateur, frein, embrayage) sont généralement des plaques plus ou moins recourbées, il faut se souvenir qu’autrefois, lorsque les premiers véhicules auto-mobiles sont apparus, et pendant longtemps, la pédale d’accélérateur était constituée d’une tige métallique droite surmontée d’une demi-boule, l’ensemble ressemblant beaucoup à un champignon.
Alors celui qui voulait monter à l’ébouriffante vitesse de 80 kilomètres par heure, devait impérativement appuyer à fond sur le champignon de son bolide pour y arriver.

Et lorsque le ‘champignon’ était complètement enfoncé, en butée proche du plancher du véhicule, on conduisait le champignon au plancher.

Cette expression s’emploie aussi maintenant hors du monde des véhicules motorisés, lorsqu’il est question d’accélérer quelque chose, de « passer à la vitesse supérieure » (autre métaphore automobile).

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To push on the mushroom »

Equivalent : « To step on the gas », « To put the metal on the pedal », « To put the pedal to the metal », « To step on it »

Le ciel lui/nous tombe sur la tête

Définition :

Quand on est victime d’un gros souci, d’un problème important. Quand on a beaucoup de gros problèmes. Quand on reçoit un nouvelle inattendue et très surprenante.

Source

Origine :

Il s’agit d’une croyance religieuse : convaincus que la voûte céleste est soutenue par des colonnes, les Gaulois pensent que celle-ci s’effondrera la fin du monde venue. Car ces peuples sont très religieux. Ils vénèrent de nombreuses divinités, comme Taranis, le dieu du Ciel ou Teutatès, le dieu de la Guerre. Comme chaque peuple peut avoir ses propres divinités, le panthéon des dieux gaulois est immense.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « The sky is falling on her/him/it/us »

Equivalent : « The sky is falling around my ears » ou « The sky is falling ».

Ramener sa fraise

Définition :

Se manifester hors de propos.
Agir de manière importune.
Avoir une attitude prétentieuse.
Arriver (en parlant d’une personne).

Origine :

Je ne peux pas croire que quelqu’un, après avoir cueilli une magnifique fraise bien rouge et pulpeuse, la ramène (au propriétaire du fraisier) au lieu de la manger ! Ça me semble tellement incongru que c’est tout de suite sur une piste complètement différente de celle de cet excellent fruit que je vais vous emmener.
Qui m’aime me suive, et sans ramener sa fraise !

Cette expression argotique date du début du XXe siècle.
À l’origine, elle voulait dire ‘rouspéter’ ou bien ‘ronchonner’, sans que l’origine en soit bien claire. Puis son sens a évolué.

Dans tous les cas, la fraise qui nous intéresse ici n’est qu’une des très nombreuses dénominations de la tête avec cafetière, tronche, caboche, caisson, trombine… ou bien, pour rester dans les fruits, poire, pomme, cerise, citron…
C’est pourquoi, on comprend aisément le dernier sens proposé indiquant que lorsqu’une personne amène ou ramène sa fraise, c’est qu’elle arrive ou revient.

Par extension, celui qui intervient de manière inopportune dans une discussion, par exemple, y arrive et y ramène donc aussi sa fraise.
Si on y rajoute une connotation ironique (il ramène sa fraise, mais il n’y connaît rien et il ferait mieux de se taire), on rejoint l’attitude prétentieuse.

Une ellipse de cette expression est tout simplement « la ramener » : lorsque, dans un dialogue à la Michel Audiard, un truand dit à un autre de ne surtout pas « la ramener », c’est qu’il a intérêt à garder son clapet bien fermé et ne pas venir troubler la situation.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To bring one’s strawberry »

Equivalent : « To put one’s two cents in »

 

Pleurer comme une madeleine

Définition :

Pleurer abondamment.

Origine :

On se doute bien qu’une jolie petite madeleine à la peau bien bronzée et à la chair moelleuse doit être extrêmement triste à l’idée de finir sa vie en étant broyée par les dents d’un gourmand ; mais de là à servir de modèle de pleureuse, c’est quand même douteux.

Je ne vous étonnerai donc pas en vous informant que l’origine de cette expression est ailleurs.
Il suffit déjà de remplacer le ‘m’ de ‘madeleine’ par une majuscule, pour comprendre que la Madeleine qui nous intéresse ici est une femme. Reste à savoir laquelle.

Eh bien il nous faut remonter à la première moitié du premier siècle de notre ère.
Comme vous connaissez par coeur la Bible, et même s’il existe de nombreuses variantes de l’histoire de Marie la Magdaléenne (alias Marie-Madeleine ou Madeleine, du grec Magdalênê), vous savez qu’une ancienne prostituée (anonyme selon certains, Marie-Madeleine selon d’autres) envahie par le remords a tellement pleuré devant le Christ en lui confessant ses péchés, qu’elle a pu lui laver les pieds de ses pleurs, avant de les sécher avec ses cheveux.
Il n’en a pas fallu beaucoup plus pour qu’elle devienne le modèle de notre expression.

Si la première apparition de cette locution semble être chez Balzac au XIXe siècle, au XIIIe, « faire la Madeleine » voulait dire « affecter le repentir ».

Source

Traduction en anglais :

Littérale : “Cry like a madeleine”

Equivalent : “Cry a river” ou “Cry buckets” ou “Cry like a baby” ou “Burst into tears”.