Ramener sa fraise

Définition :

Se manifester hors de propos.
Agir de manière importune.
Avoir une attitude prétentieuse.
Arriver (en parlant d’une personne).

Origine :

Je ne peux pas croire que quelqu’un, après avoir cueilli une magnifique fraise bien rouge et pulpeuse, la ramène (au propriétaire du fraisier) au lieu de la manger ! Ça me semble tellement incongru que c’est tout de suite sur une piste complètement différente de celle de cet excellent fruit que je vais vous emmener.
Qui m’aime me suive, et sans ramener sa fraise !

Cette expression argotique date du début du XXe siècle.
À l’origine, elle voulait dire ‘rouspéter’ ou bien ‘ronchonner’, sans que l’origine en soit bien claire. Puis son sens a évolué.

Dans tous les cas, la fraise qui nous intéresse ici n’est qu’une des très nombreuses dénominations de la tête avec cafetière, tronche, caboche, caisson, trombine… ou bien, pour rester dans les fruits, poire, pomme, cerise, citron…
C’est pourquoi, on comprend aisément le dernier sens proposé indiquant que lorsqu’une personne amène ou ramène sa fraise, c’est qu’elle arrive ou revient.

Par extension, celui qui intervient de manière inopportune dans une discussion, par exemple, y arrive et y ramène donc aussi sa fraise.
Si on y rajoute une connotation ironique (il ramène sa fraise, mais il n’y connaît rien et il ferait mieux de se taire), on rejoint l’attitude prétentieuse.

Une ellipse de cette expression est tout simplement « la ramener » : lorsque, dans un dialogue à la Michel Audiard, un truand dit à un autre de ne surtout pas « la ramener », c’est qu’il a intérêt à garder son clapet bien fermé et ne pas venir troubler la situation.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To bring one’s strawberry »

Equivalent : « To put one’s two cents in »

 

Pleurer comme une madeleine

Définition :

Pleurer abondamment.

Origine :

On se doute bien qu’une jolie petite madeleine à la peau bien bronzée et à la chair moelleuse doit être extrêmement triste à l’idée de finir sa vie en étant broyée par les dents d’un gourmand ; mais de là à servir de modèle de pleureuse, c’est quand même douteux.

Je ne vous étonnerai donc pas en vous informant que l’origine de cette expression est ailleurs.
Il suffit déjà de remplacer le ‘m’ de ‘madeleine’ par une majuscule, pour comprendre que la Madeleine qui nous intéresse ici est une femme. Reste à savoir laquelle.

Eh bien il nous faut remonter à la première moitié du premier siècle de notre ère.
Comme vous connaissez par coeur la Bible, et même s’il existe de nombreuses variantes de l’histoire de Marie la Magdaléenne (alias Marie-Madeleine ou Madeleine, du grec Magdalênê), vous savez qu’une ancienne prostituée (anonyme selon certains, Marie-Madeleine selon d’autres) envahie par le remords a tellement pleuré devant le Christ en lui confessant ses péchés, qu’elle a pu lui laver les pieds de ses pleurs, avant de les sécher avec ses cheveux.
Il n’en a pas fallu beaucoup plus pour qu’elle devienne le modèle de notre expression.

Si la première apparition de cette locution semble être chez Balzac au XIXe siècle, au XIIIe, « faire la Madeleine » voulait dire « affecter le repentir ».

Source

Traduction en anglais :

Littérale : “Cry like a madeleine”

Equivalent : “Cry a river” ou “Cry buckets” ou “Cry like a baby” ou “Burst into tears”.

Tirer sur la corde

tirer sur la corde dedexpressions audrey langevin

Définition :

Vis-à-vis d’autrui : exagérer, fatiguer, être à la limite de faire craquer.

Origine :

L’expression « tirer sur la corde » s’utilise pour signifier, vis-à-vis d’autrui « exagérer », « exploiter exagérément sa bienveillance », « le fatiguer à force de le solliciter » « être à la limite de le faire craquer ». Notons ici le sens métaphorique du terme « corde », en référence au « lien tendu », sous-entendu ici « prêt à craquer ».

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To pull the rope »

Equivalent : « To push one’s luck »

Il n’y a pas le feu au lac !

Il n'y a pas le feu au lac Les Dédexpressions

Définition :

On n’est pas pressés.
Il n’y a aucune urgence.
Ça peut attendre.

Origine :

L’expression d’origine, qui date du XXe siècle, est tout simplement « il n’y a pas le feu » ou, en raccourci, « y’a pas l’feu ».
Son message est très clair : s’il n’y a pas le feu, il n’y a aucune raison de se presser (sous-entendu : pour aller l’éteindre).

Si quelques facétieux ont jugé utile de rajouter « au lac », c’est par moquerie de la proverbiale lenteur de nos amis Suisses qui sont supposés avoir du mal à se dépêcher : « y’a l’feu ou bien ? Bon alors si y’a pas l’feu, on n’a vraiment pas besoin de s’presser » (à prononcer avec l’accent traînant et chantant suisse, bien sûr).

Pourquoi « au lac » ? Eh bien simplement parce que le Léman est un des symboles de la Suisse et que l’ajout de l’absurdité d’un lac qui prendrait feu ne fait que rajouter un cran dans la moquerie. Mais on trouve aussi « dans les montres » ou même « au robinet ».

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « There’s no fire on the lake! »

Equivalent : « Where’s the fire? » (Etats-Unis) or « There’s no panic » (Angleterre)

Souffler le chaud et le froid

Définition :

Dire tout et son contraire.

Origine :

Cette expression apparaîtrait pour la première fois dans l’une des fables d’Ésope, un écrivain phrygien du VIIe siècle avant Jésus-Christ. Elle est réutilisée des siècles plus tard par Jean de la Fontaine en 1668 dans Le Satyre et le Passant. Son sens est resté le même jusqu’à nos jours.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To blow the hot and the cold »

Equivalent : « To blow/blowing hot and cold »

Quiz : Les Dédexpressions rendent hommage à Karl Lagerfeld, sans oublier Choupette

Afin de rendre hommage au grand couturier Karl Lagerfeld, Les Dédexpressions vous proposent un quiz autour des expressions liées à la mode mais aussi aux chats, pour ne pas oublier Choupette la petite féline de Karl.

Pour accéder au quiz, voir ci-dessous ou cliquer ici.

Quiz : Les Dédexpressions célèbrent la Saint-Valentin

Les Dédexpressions présentent leur premier quiz autour des expressions romantiques de la Saint-Valentin. Une série d’expressions imagées à deviner, et vous pouvez également vous envoyer une copie des résultats par email. A vous de jouer !

Pour accéder au quiz, voir ci-dessous ou cliquer ici.

Les dedexpressions saint Valentin quiz

Le clou du spectacle

Définition :

Le moment le plus intéressant, le plus intense.
Ce qui retient l’attention.

Origine :

Il n’y a malheureusement pas de certitude sur l’origine de cette expression qui date de 1878.

L’interprétation la plus communément admise vient de cette pointe métallique que l’on plante dans un mur, qui sert donc à y fixer quelque chose (aussi bien que, au figuré, il fixe l’attention du spectateur), un objet suspendu qui, dans le lieu où il se trouve, va attirer l’attention tout comme le clou de l’exposition va provoquer un attroupement autour de lui.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : ‘The nail of the show’

Equivalent : ‘The high point of the show’ / ‘The climax’ / ‘The sensation’ / ‘The main point of the show’.