Un de ces quatre

28471525_1512227732228671_6921276262172360923_n

Définition :

Un de ces jours, bientôt.

Origine :

‘Quatre’ est un nombre souvent utilisé dans les expressions, sans qu’on en connaisse vraiment la raison.
Certains évoquent le fait que l’homme normalement constitué à quatre membres, ou bien qu’il y a quatre saisons ou quatre points cardinaux.
Mais, en usage dans de nombreuses locutions, ce chiffre est en fait très imprécis. Il peut s’agir qu’une quantité faible (« ça vaut quatre sous », « c’est à quatre pas ») ou plus importante (« lui dire ses quatre vérités », « se mettre en quatre », « couper les cheveux en quatre »). Elle peut aussi évoquer des choses autres (« entre quatre planches », alors qu’il en faut au minimum six pour faire un cercueil, « tiré à quatre épingles », « aux quatre coins du monde »…). Ici, l’expression est un raccourci (une ellipse, diront certains) de « un de ces quatre matins », au sens de « un des quelques matins qui vont venir ». Elle désigne bien une quantité faible et une durée courte, mais qui reste indéterminée, ce qui explique son imprécision et son équivalence avec « bientôt ».

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To one of these four »

Equivalent : « See ya’ round! » (US) ou « See you! » (UK)

 

Il y a du monde au balcon

27658023_1496832373768207_7482318094360771314_n

Définition : 

Langage familier servant à rendre hommage aux appas généreux d’une femme.

Origine : 

Il est à remarquer que le corps humain est fréquemment converti dans la langue des expressions françaises en une maison ou un immeuble : une personne de petite taille est basse de plafond, un fou est symbolisée par l’expression française « il n’y a plus personne au logis » et celui qui n’est pas trop futé qu’il « n’a pas la lumière dans toutes les pièces ». De ce fait, notre expression française dont l’origine remonte au XIXème siècle cherche à montrer que visibles , découverts et saillants en façade comme un balcon, ce sont des seins de femme mis en valeur par un décolleté indiscret qui sont décrits dans cette expression française. L’opulence qu’ils semblent avancer se transcrit par la métaphore d’un nombre important de personnes qui se presseraient au balcon comme au théâtre pour voir la scène.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « The balcony is crowded »

Equivalent : « She’s well endowed! »

7 expressions pour illustrer la Saint-Valentin

Nous y sommes, c’est le jour J. A vous les rendez-vous amoureux avec votre moitié, les tête-à-tête romantiques au restaurant ou le dîner aux chandelles à la maison. Sans oublier ceux qui datent pour la première fois ! Et pour les célibataires, ne vous en faites pas, l’année prochaine sera plus prometteuse.

Voici 7 expressions, vues par les Dédexpressions, qui résumeront peut-être le déroulement de votre soirée Saint-Valentin :

1. Avoir le feu au cul

untitled-design-1

Définition : Avoir des besoins sexuels intenses.

Pour en savoir plus, lisez la description de la Dédexpression « Avoir le feu au cul ».

2. Poser un lapin

poser un lapin

Définition : Ne pas se rendre à un rendez-vous.

Pour en savoir plus, lisez la description de la Dédexpression « Poser un lapin ».

3. Se prendre un râteau

rateau

Définition : Subir un échec. Plus précisément, pour un dragueur ou une dragueuse, se faire éconduire.

Pour en savoir plus, lisez la description de la Dédexpression « Se prendre un râteau ».

4. Prendre son pied

11214040_818719904912794_2185620307328844319_n

 

Définition : Avoir du plaisir.

Pour en savoir plus, lisez la description de la Dédexpression « Prendre son pied ».

5. Grimper au rideau

11885314_783658885085563_7030036653284831934_n

Définition : S’alarmer, atteindre l’orgasme.

Pour en savoir plus, lisez la description de la Dédexpression « Grimper au rideau ».

6. Tailler une pipe

 

Définition : Pratiquer une fellation.

Pour en savoir plus, lisez la description de la Dédexpression « Tailler une pipe ».

7. Tenir la chandelle

Définition : Etre seul au milieu d’un couple.

Pour en savoir plus, lisez la description de la Dédexpression « Tenir la chandelle ».

Les Dédexpressions souhaitent aux Valentins et aux Valentines une belle soirée ce 14 février !

Arrondir les angles

Arrondir les angles

Définition :

Tenter de tempérer une opposition violente entre deux personnes.

Origine :

Arrondir les angles est une opposition métaphorique de l’angle et de la rondeur. L’aspect pointu de l’angle représente une dispute, un désaccord entre des personnes. A l’inverse, la rondeur symbolise la douceur et la diplomatie. Celui qui tente d’ »arrondir les angles » est donc celui qui tente d’amener un peu de calme dans une discussion houleuse.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To round the angles »

Equivalent : « To smooth things over »

Soupe au lait

26993378_1481358868648891_4314879304358592154_n

Définition : 

Qui change rapidement de caractère, qui s’emporte brutalement.

Origine :

Expression issue au XIXe siècle de la locution « monter comme une soupe au lait ».
Il suffit d’avoir expérimenté une seule fois le comportement du lait (ou de la soupe au lait) lorsqu’il se met brutalement à bouillir pour comprendre cette association avec une personne dont l’humeur change très brutalement, aussi vite que le lait redescend dès qu’on le sort du feu.

Source

Traduction en anglais : 

  • Littérale : « Milk soup »
  • Equivalent : « To have a thin skin » (Avoir la peau mince)

Passer (quelque chose) au peigne fin

26730722_1470720589712719_7525014423703430907_n

Définition : 

Examiner minutieusement.

Origine :

Le peigne est par définition un objet servant à coiffer et démêler les cheveux de manière minutieuse. Lorsqu’il est fin, il est encore plus efficace, plus précis. L’expression reprend donc métaphoriquement cette idée en exprimant un examen minutieux de quelque chose, d’une scène de crime par exemple, pour trouver un maximum d’indices.

Source

Traduction en anglais :

  • Littérale : « To comb something over »
  • Equivalent : To scrutinize something.

5 résolutions à prendre au pied de la lettre

En ce début janvier sur les chapeaux de roues, les Dédexpressions vous donnent 5 résolutions pour l’année 2018 !

1. Avoir du pain sur la planche

12279214_829383187179799_4113035294940334995_n

Définition : Avoir beaucoup de choses à faire.

Hop hop hop au travail ! 2018, c’est l’année des changements professionnels, alors autant bien s’organiser. Pour cela, il suffit de vous constituer un agenda de ministre en y notant votre emploi du temps, vos dates butoires, vos activités et vos loisirs en famille. Une bonne organisation pour un meilleur départ !

2. Prendre le taureau par les cornes

prendre-taureau-par-les-cornes

Définition : Faire face à une situation.

Après l’overdose des chocolats de Noël , quoi de mieux qu’un peu de sport ? Si le froid ou la pollution urbaine ne vous motive pas à mettre le nez dehors, un abonnement en salle de fitness fera l’affaire. De toute facon, la pratique de n’importe quelle activité physique vous mettra de bonne humeur ! Le plus important, c’est la détermination et la motivation !

3. Se fendre la poire

se-fendre-la-poire

Définition : Rire aux éclats.

Savez-vous que le rire a des bienfaits incroyables sur la santé ? Outre la dopamine, hormone du plaisir, il atténue les douleurs, améliore la circulation sanguine et booste le système immunitaire. Alors, allez-y, échangez, souriez, riez ! Tout change lorsqu’on commence à voir la vie du bon coté.

4. (ne pas) Jeter l’argent par les fenêtres

jeter l'argent par les fenetres modifie

Définition : Être extrêmement dépensier.

Afin d’éviter le moral dans les chaussettes, il est important de maîtriser ses dépenses en se constituant un budget. En se fixant un buget par poste de dépenses et par semaine, on est moins enclin à jeter l’argent par les fenêtres.

5. La nuit porte conseil

la nuit porte conseil

Définition : Il faut se laisser une nuit avant de prendre une décision importante.

Si vous devez prendre une décision importante, ne mettez pas la charrue avant les boeufs. Listez les avantages et les inconvénients si cela peut vous aider à faire le bon choix, mais ne décidez rien à la hâte ou sous le coup de la fatigue. Le temps d’une nuit peut être utile à y voir plus clair le lendemain.

Les Dédexpressions vous souhaitent une belle année 2018 !

Parler de la pluie et du beau temps

parler de la pluie et du beau temps

Définition :

Parler de banalités.

Origine :

Expression familière qui s’emploie pour exprimer le fait que l’on parle de choses sans grand intérêt avec son interlocuteur. Lorsqu’on rencontre quelqu’un dans la rue ou lorsqu’on ne trouve pas de sujet de conversation intéressant, on se met alors à parler de la météo pour éviter les silences.

Source

Traduction en anglais : 

  • Littérale : « To talk about rain and nice weather »
  • Equivalent : « To make small talk »

 

La moutarde lui monte au nez

moutarde qui monte au nez

Définition :

L’impatience l’envahit.
La colère le gagne.

Origine :

Ceux qui ont tenté l’expérience d’avaler une cuillère à soupe de moutarde forte ont une petite idée de l’image contenue dans cette expression.
Pour les autres, même si c’est plutôt l’heure du petit déjeuner, faites d’abord l’essai avant de continuer à lire.

Bien. Si vous lisez ceci, c’est que vous arrivez à nouveau à peu près à respirer. Séchez vos larmes, reprenez lentement votre souffle, on n’est pas pressés !
Alors maintenant que vous savez tous l’effet que ça fait, vous avez pu constater que ça vous a très fortement irrité les muqueuses nasales, en plus de quelques autres effets secondaires pas piqués des hannetons.

Donc, vous avez maintenant compris pourquoi le ‘nez’ est présent dans l’expression.

Pour le verbe ‘monter’, il va de soi que ce n’est pas la moutarde qui, de ses petits bras musclés, se hisse dans votre cavité nasale. Il s’agit simplement d’un usage classique dans le langage lors de manifestations physiques involontaires lorsque des mouvements d’humeurs corporelles marquent un changement de comportement : « le sang lui monte au visage » pour manifester la honte ou la colère, ou bien « les larmes lui montent aux yeux » pour indiquer une émotion particulière.

Ne reste plus qu’à expliquer la colère ou l’impatience, parce que s’il est vrai que le gobage de moutarde est un jeu stupide, il n’a pas pour autant de raisons de provoquer de tels sentiments.
En réalité, c’est un jeu sur le mot ‘irritation’, celle physique provoquée par la moutarde et celle psychologique liée à une impatience ou de la colère, qui justifie la naissance de notre expression.

Dans sa forme actuelle, elle date du XVIIe siècle, mais un siècle plus tôt, elle existait déjà sous la forme « la moutarde lui entre au nez ».

Source

Traduction en anglais : 

  • Littérale : « The mustard climbs up his nose »
  • Equivalent : « I’m beginning to see red! »

Avoir les deux pieds dans le même sabot

avoir les deux pieds dans le meme sabot

Définition :

Être embarrassé, incapable d’agir.
Être passif, sans initiative.

Origine :

Faites une tentative très simple : prenez une chaussure du double de votre taille normale en largeur -cherchez bien, ça peut se trouver, surtout si vous chaussez petit-, mettez-y vos deux pieds ensemble, puis tentez d’attraper votre chat.
De trois choses l’une : soit vous n’avez pas de chat et vous ne risquez pas grand chose, soit vous avez à portée de main quelque chose où vous raccrocher avant de prendre une gamelle, soit vous vous étalez superbement par terre.

Car, au cas vous ne l’auriez pas déjà compris avant même de tenter l’expérience, vous êtes fait pour avancer en déplaçant vos pieds l’un après l’autre, pas les deux en même temps.
Vos pieds accolés ensemble vous embarrassent sérieusement, vous rendent inaptes à une action mobile, sauf, peut-être, à un de ces jeux hautement intellectuels comme la course en sac, par exemple.

Il n’en a pas fallu beaucoup plus pour qu’un type qui se croyait perspicace imagine un jour cette expression avec le premier sens indiqué.

Bizarrement, on ne trouve des traces écrites de l’utilisation de cette expression qu’au XXe siècle, alors que l’usage des sabots était déjà en large perte de vitesse. C’est pourquoi certains lexicographes supposent qu’elle est tout de même antérieure.

Le deuxième sens proposé est une simple extension du premier, celui qui est incapable d’agir pouvant aussi, quand on ne connaît pas la cause de son inaction, être pris pour quelqu’un de passif ou manquant d’initiative.

Souvent employée sous une forme négative (« ce bonhomme-là, monsieur, il est loin d’avoir les deux pieds dans le même sabot »), l’expression désigne alors une personne énergique, dynamique.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To have both feet in the same clog »

Equivalent : « To be lacking in get up and go »