La croix et la bannière

la_croix_et_la_bannière_les_dedexpressions

Définition de l’expression « La croix et la bannière »

De grandes complications ou difficultés.

Origine de l’expression

Cette expression s’emploie également ainsi : « C’est la croix et la bannière ».

Cette expression, sous une forme un peu différente, est attestée dès le XVe siècle, issue de l’italien. A cette époque, la religion était omniprésente, dans toutes les activités et à tous les niveaux de la société. La croix, représentant celle du Christ, était donc obligatoirement brandie en tête de toutes les processions, qu’il s’agisse des religieuses accompagnant des reliques diverses ou organisées pour des évènements particuliers, ou bien de celles destinées à accompagner l’arrivée d’un notable dans la ville.

Dans ces différentes processions, on portait aussi des étendards ou des bannières diverses, que ce soit celle de la Vierge, de la paroisse, d’une confrérie, du notable en déplacement ou de celui le recevant. Mais l’organisation de ces processions n’était pas facile, paraît-il. Les formalités, les règles à suivre, le respect de l’importance des participants, qu’elle soit honorifique ou hiérarchique, transformait parfois leur préparation en de véritables casse-têtes.
Ce qui explique le sens de « grandes complications ».

En 1690, Furetière indique que « il faut la croix et la bannière pour inviter quelqu’un » signifiait « il faut aller le chercher avec des formes telles qu’il ne puisse se dérober ».
Dans ce sens, on retrouve l’apparat, la procession organisée pour accueillir au mieux un visiteur éminent en déplacement qui, ainsi accueilli avec faste, ne pouvait décemment pas s’esquiver. Notre forme actuelle « c’est la croix et la bannière pour… » est attestée en 1822.

Source

Traduction en anglais

Littérale : « The cross and the banner »

Equivalent : « A whole production » / « It’s a tall order »

11 expressions pour illustrer vos vacances d’été

11 Dédexpressions pour définir votre été

Que vous partiez en vacances en couple, en famille, ou en solo, Les Dédexpressions ont rédigé un petit condensé des expressions françaises qui reflèteront peut-être votre séjour sous le soleil, et en voici la liste. Et bonnes vacances, bien sûr !

1. Jeter l’argent par les fenêtres

Et oui, vous avez économisé toute une année, rassemblé vos chèques-vacances, et voici venu le temps de flamber ! Mais entre ceux qui jettent l’argent par les fenêtres, et ceux qui ont des oursins dans les poches, il y a un monde. Lire la suite

Se sentir pousser des ailes (Donner des ailes)

pousser_des_ailes_les_dedexpressions
Se sentir pousser des ailes | Les Dédexpressions

Je vous invite à découvrir l’explication de l’expression « Se sentir pousser des ailes » ou « Donner des ailes » vue par Les Dédexpressions.

Définition de l’expression « Se sentir pousser des ailes » ou « Donner des ailes »

L’expression familière « Se sentir pousser des ailes » ou autrement dit  » Donner des ailes  » signifie être surmotivé(e) par une situation.

Prendre son autonomie. Avoir une soudaine envie d’entreprendre, avoir l’impression que tout va nous réussir.

Origine de l’expression

L’aile représente dans l’imaginaire, certains êtres surnaturels, comme Pégase, dotés de cet organe qui permet de voler. « Donner des ailes », c’est fournir la capacité à se surpasser, à être transcendé par une situation pour laquelle on se bat.

Source 1

Source 2

Traduction en anglais

Littérale : « To grow wings »

Equivalent : « To feel ten feet tall » / « To feel exhilarated »

Top 10 des Dédexpressions qui ont la cote

Quel est donc le Top 10 des Dédexpressions les plus populaires ? Je regardais les statistiques de mon blog, quand j’ai réalisé que vous consultez certaines Dédexpressions plus que d’autres. C’est alors que je me suis dit « Tiens, pourquoi ne pas partager ça avec la communauté ? ». Alors me voilà à mon clavier, et je vous délivre les 10 Dédexpressions les plus visitées à ce jour sur mon blog. Lire la suite

Trouver la perle rare

trouver la perle rare les dedexpressions
Trouver la perle rare | Les Dédexpressions

Les Dédexpressions présentent la définition, l’origine et la traduction en anglais de l’expression « Trouver la perle rare ».

Définition :

Personne ou objet très rare, difficile à trouver.

Origine : 

Si cette expression désigne une personne, il s’agit de celle dotée de compétences ou d’un physique hors normes, exceptionnel, que l’on a toujours recherchés. En revanche, s’il s’agit d’un objet, c’est le plus beau, le plus exceptionnel de tous ceux que l’on a souhaité posséder.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To find a rare pearl »

Equivalent : « To find a real gem »

Appuyer sur le champignon

appuyer le champignon les dedexpressions
Appuyer sur le champignon | Les Dédexpressions

Définition :

Accélérer.

Origine :

Dans notre monde moderne, on pourrait croire que notre expression vient de ces jeux télévisés, comme le célèbre « Questions pour un champion ».

En effet, les candidats ont devant eux un gros champignon plastique. Sur ce dernier, ils doivent appuyer rapidement (d’où l’idée de vitesse) pour déclencher un signal dès qu’ils pensent avoir la bonne réponse.

Si cette expression argotique est utilisée dans le monde automobile, c’est parce qu’elle en provient directement depuis le 20ème siècle.

Aujourd’hui, les pédales de nos véhicules motorisés (accélérateur, frein, embrayage) sont généralement des plaques plus ou moins recourbées.

En revanche, autrefois, lorsque les premiers véhicules automobiles sont apparus, c’était différent. La pédale d’accélérateur était constituée d’une tige métallique droite surmontée d’une demi-boule, l’ensemble ressemblant beaucoup à un champignon.

Alors celui qui voulait monter à l’ébouriffante vitesse de 80 kilomètres par heure, devait impérativement appuyer à fond sur le champignon de son bolide pour y arriver.

Et lorsque le ‘champignon’ était complètement enfoncé, en butée proche du plancher du véhicule, on conduisait le champignon au plancher.

Cette expression s’emploie aussi maintenant hors du monde des véhicules motorisés, lorsqu’il est question d’accélérer quelque chose, de « passer à la vitesse supérieure ».

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To push on the mushroom »

Equivalent : « To step on the gas », « To put the metal on the pedal », « To put the pedal to the metal », « To step on it »

Quiz : les Dédexpressions se mettent au vert pour l’environnement

En période de réchauffement climatique et de recherches de solutions plus favorables à l’environnement.

Les Dédexpressions vous proposent de répondre à un quiz rigolo. Voici une série d’expressions françaises liées à la nature à deviner.

Peut-être obtiendrez-vous un sans-faute ? A vous de jouer, et bonne chance !

Lire la suite

Le ciel lui/nous tombe sur la tête

expression le ciel lui tombe sur la tete
Le ciel lui/nous tombe sur la tête – Les Dédexpressions

Définition de l’expression « Le ciel lui/nous tombe sur la tête »

Quand on est victime d’un gros souci, d’un problème important. Quand on a beaucoup de gros problèmes. Quand on reçoit un nouvelle inattendue et très surprenante, qui nous laisse béat.

Source

Origine de l’expression

Il s’agit d’une croyance religieuse : convaincus que la voûte céleste est soutenue par des colonnes, les Gaulois pensent que celle-ci s’effondrera la fin du monde venue. Car ces peuples sont très religieux. Ils vénèrent de nombreuses divinités, comme Taranis, le dieu du Ciel ou Teutatès, le dieu de la Guerre. Comme chaque peuple peut avoir ses propres divinités, le panthéon des dieux gaulois est immense.

Source

Traduction en anglais

Littérale : « The sky is falling on her/him/it/us »

Equivalent : « The sky is falling around my ears » ou « The sky is falling ».

Mère poule

Définition de l’expression « Mère poule »

Une « Mère poule », utrement dit « Maman poule » ou « Être une vraie maman poule », est une mère protectrice, très attentionnée.

Origine de l’expression

Cette expression a vu le jour au cours du 19ème siècle et s’appuie sur l’image de la poule qui veille sur ses petits et n’hésite pas à attaquer si on les approche.

A l’époque du Moyen-Age, on avait pour  habitude d’attribuer un animal à chaque trait du caractère humain, et la femme était (malheureusement) souvent associée à la poule. Dès lors, une mère possessive était qualifiée de mère poule, et cette appellation s’est ancrée dans le cours du temps et des siècles.

Source

Traduction en anglais

Littérale : « A chick mother »

Equivalent : « A mother hen »

Ramener sa fraise

Définition :

Se manifester hors de propos.
Agir de manière importune.
Avoir une attitude prétentieuse.
Arriver (en parlant d’une personne).

Origine :

Je ne peux pas croire que quelqu’un, après avoir cueilli une magnifique fraise bien rouge et pulpeuse, la ramène (au propriétaire du fraisier) au lieu de la manger ! Ça me semble tellement incongru que c’est tout de suite sur une piste complètement différente de celle de cet excellent fruit que je vais vous emmener.
Qui m’aime me suive, et sans ramener sa fraise !

Cette expression argotique date du début du XXe siècle.
À l’origine, elle voulait dire ‘rouspéter’ ou bien ‘ronchonner’, sans que l’origine en soit bien claire. Puis son sens a évolué.

Dans tous les cas, la fraise qui nous intéresse ici n’est qu’une des très nombreuses dénominations de la tête avec cafetière, tronche, caboche, caisson, trombine… ou bien, pour rester dans les fruits, poire, pomme, cerise, citron…
C’est pourquoi, on comprend aisément le dernier sens proposé indiquant que lorsqu’une personne amène ou ramène sa fraise, c’est qu’elle arrive ou revient.

Par extension, celui qui intervient de manière inopportune dans une discussion, par exemple, y arrive et y ramène donc aussi sa fraise.
Si on y rajoute une connotation ironique (il ramène sa fraise, mais il n’y connaît rien et il ferait mieux de se taire), on rejoint l’attitude prétentieuse.

Une ellipse de cette expression est tout simplement « la ramener » : lorsque, dans un dialogue à la Michel Audiard, un truand dit à un autre de ne surtout pas « la ramener », c’est qu’il a intérêt à garder son clapet bien fermé et ne pas venir troubler la situation.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To bring one’s strawberry »

Equivalent : « To put one’s two cents in »