Il n’y a pas le feu au lac !

Il n'y a pas le feu au lac Les Dédexpressions

Définition :

On n’est pas pressés.
Il n’y a aucune urgence.
Ça peut attendre.

Origine :

L’expression d’origine, qui date du XXe siècle, est tout simplement « il n’y a pas le feu » ou, en raccourci, « y’a pas l’feu ».
Son message est très clair : s’il n’y a pas le feu, il n’y a aucune raison de se presser (sous-entendu : pour aller l’éteindre).

Si quelques facétieux ont jugé utile de rajouter « au lac », c’est par moquerie de la proverbiale lenteur de nos amis Suisses qui sont supposés avoir du mal à se dépêcher : « y’a l’feu ou bien ? Bon alors si y’a pas l’feu, on n’a vraiment pas besoin de s’presser » (à prononcer avec l’accent traînant et chantant suisse, bien sûr).

Pourquoi « au lac » ? Eh bien simplement parce que le Léman est un des symboles de la Suisse et que l’ajout de l’absurdité d’un lac qui prendrait feu ne fait que rajouter un cran dans la moquerie. Mais on trouve aussi « dans les montres » ou même « au robinet ».

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « There’s no fire on the lake! »

Equivalent : « Where’s the fire? » (Etats-Unis) or « There’s no panic » (Angleterre)

Avoir le feu au cul

avoir le feu au cul les dedexpressions
Avoir le feu au cul – Les Dédexpressions

Définition de l’expression « Avoir le feu au cul »

Cette expression a deux significations complètement différentes :
– Être très pressé, filer très vite
– Avoir des besoins sexuels intenses

Origine de l’expression

La première signification est attestée dès la fin du 17ème siècle.
L’image est claire car on comprend bien que quelqu’un dont le derrière est en flammes se mette à courir très vite, par réflexe, dans l’espoir idiot de mettre de la distance entre le feu et lui, même si ce n’est forcément la meilleure réaction possible.

Parfois, au lieu de faire face et de régler des problèmes, on aimerait filer de situations délicates et inconfortables aussi vite que possible et prendre la poudre d’escampette ! Cela serait beaucoup plus simple que de vouloir affronter des difficultés.

La seconde signification est apparue dès le milieu du 16ème siècle.
Elle est basée sur l’idée d’être (très) en chaleur, mais avec une localisation de cette ‘chaleur’ un peu imprécise.

Evidemment, cette expression, quelque peu vulgaire, prend tout son sens dans certains contextes, mais elle reste très familière et à éviter de prononcer devant les âmes sensibles ! Il y a tout de même des façons plus jolies de définir le désir sexuel, comme « la saison des amours » ou « grimper au rideau ».

Et vous, avez-vous souvent le feu au cul ?

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To have one’s ass in fire »

Equivalent : « To have ants in one’s pants » ou « To be in a hell of a rush » ou « To be randy as hell »

Donc, en anglais, ça donnerait…

Les Dédexpressions