Se faire appeler Arthur

expression origine se faire appeler arthur les dedexpressions
Se faire appeler Arthur – Les Dédexpressions

Définition de l’expression « Se faire appeler Arthur »

Cette expression signifie se voir faire des remontrances, se faire rouspéter. Il existe d’autres façons de l’expliquer telles que se faire rappeler à l’ordre, se faire gronder, réprimander. Lorsqu’on dit « Tu vas te faire appeler Arthur…! », on veut dire « Tu vas te faire engueuler ! », et « La moutarde lui monte au nez » ou « Tu vas te faire passer un savon » pourraient exprimer la même chose ou être du même registre.

Origine de l’expression

Selon des sources, cette expression trouve son origine lors de la Seconde Guerre mondiale et fait référence à l’occupation de la France pendant laquelle le couvre-feu était fixé à 20 heures. Le nom « Arthur » serait une déformation de l’allemand « acht Uhr' » (« vingt heures ! ») que les patrouilles ennemies criaient aux retardataires éventuels. « Se faire appeler Arthur », c’est se voir faire des remontrances, se faire disputer. On peut imaginer le pauvre gamin rentrant bredouille chez lui après s’être fait sermonné par le chef de patrouille, se plaindre de s’être fait gronder, mais aussi de s’être fait appelé Arthur alors qu’il s’appelle Lucas. Vous saisissez l’image ?

Autre explication plus ou moins plausible remonte aux années 20. Selon le Dictionnaire du français non conventionnel de Cellard et Rey, cette expression serait liée à l’argot où un Arthur faisait référence à un gigolo mondain ou un proxénète, sans qu’on sache pourquoi de nos jours. Mais en général les expressions françaises ont leur lot de mystère en termes d’origines !

Source

Traduction en anglais

Littérale : « To be called Arthur »

Equivalent : « To be given the rough side of someone’s tongue », « To pull up one’s socks », « To pull up your socks »

Laisser un commentaire