image de deux copains sur la route 66 expression copains comme cochons illustrée par les dédexpressions

image de deux copains sur la route 66 expression copains comme cochons illustrée par les dédexpressions

Définition de l’expression « Être copains comme cochons »

Vous avez sûrement entendu cette expression, ou vous-même avez de très bons amis dans votre entourage. Vous avez peut-être même parcouru un bout de la Route 66 ensemble, pour vous créer de supers souvenirs de voyage !

Quand on dit par exemple, « ces deux-là sont copains comme cochons », on veut dire qu’ils sont très bons amis, qu’ils sont comme cul et chemise. Ils sont amis de longue date, s’entendent très bien, et font beaucoup de choses ensemble. Ce sont deux personnes qui partagent de beaux moments, liées par une forte amitié.

Origine de l’expression

Étonnamment, cette locution est la seule qui ne soit pas péjorative envers le cochon, cet animal d’ailleurs plus intelligent qu’un chien (je vous en reparle plus bas dans cet article).

On connaît « manger comme un cochon », « caractère de cochon », « donner de la confiture aux cochons », ou encore « on n’a pas gardé les cochons ensemble« , bref, pas très gratifiant pour notre petite bête. Ou encore, celle que les amoureux de la nature et les véganes aiment encore moins (et qui me fait mal aussi) « dans le cochon, tout est bon ».

En revanche, l’expression « copains comme cochons » laisse supposer la personnalité sympathique du suidé ! Alors, est-ce parce que le cochon est un animal amical ? En fait, je l’aurais cru, mais cette expression ne vient pas de ce point là. Ça a plus à voir avec l’origine du mot « cochon ».

Plus précisément, de la déformation du mot soçon qui vient du latin socius pour dire « compagnon », « camarade » ou encore « associé ». Au 16ème siècle, on disait « camarades comme cochons », jusqu’au 18ème siècle lorsque « camarades » fut remplacé par « amis » puis par « copains » au 19ème siècle.

Cela dit, pour revenir sur notre ami le cochon, contrairement à nos idées préconçues sur les animaux domestiques et ceux que nous consommons, c’est confirmé par des recherches, son intelligence dépasse celle du chien.

Selon le site Futura, le cochon peut reconnaître des symboles et a une bonne mémoire. Il aurait même conscience de soi – après être passé au test du miroir ! Il peut autant cacher de la nourriture comme de reconnaître un de ses congénaires, ce qui fait que le cochon, comme tout être vivant d’ailleurs, ressent des émotions, et les exprime par des vocalisations.

D’ailleurs, des chercheurs de l’Université de Copenhague ont mis au point un système de traduction du langage du cochon… après avoir recensé 7 500 vocalisations différentes de cochons de régions variées ! Grâce à l’intelligence artificielle, cet outil pourrait donner des informations nécessaires aux agriculteurs, ou bien nous aider à comprendre cet animal tout à fait attachant.

Source

Note aux lectrices : je vous avoue que j’ai voulu féminiser cette expression, mais la langue française étant un poil tordue, ce qui émane de « copines comme cochonnes » me gênait un peu. Je pose ça, là, et j’espère ne pas vous offenser, mesdames. Même si le mot « cochonne » ne devrait gêner personne.

Traduction en anglais

Littérale : « Friends like pigs » ou « As friends as pigs »

Équivalent :

États-Unis : « Bosom bodies » (copains de poitrine), « BFFs » (pour ‘best friends forever’, c’est-à-dire ‘copains pour la vie’)

Angleterre : « As thick as thieves » (aussi épais que des voleurs), « To be hand in glove » (être main dans le gant), « To be like a house on fire » (être comme une maison en feu)

Plus d’explications sur Fun Radio

J’ai eu le plaisir de parler de cette expression sur Fun Radio dans « Bruno Sur Fun Radio » le 13 décembre à 7h45.

Le replay est aussi disponible en audio ici.

Expressions à découvrir...

2 commentaire

  1. C’est pas exactement la même idée, mais il y a une expression en anglais qui mentionne les cochons de façon positive. Je crois qu’également que le français, il n’y en a plus. C’est « as happy as pigs in slop » ; c’est-à-dire aussi content que les cochons quand ils sont dans leurs porcheries avec leurs pâtées.

    1. Oui en effet, c’est encore différent ! Merci Justin 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :