Avoir la dalle

45066153_1831713303613444_5011520445455794176_n

Définition : 

Avoir très faim.

Origine :

Ce n’est qu’à partir du XVIe siècle que le mot ‘dalle’ prend le sens qu’on lui connaît aujourd’hui, à savoir une table ou une plaque de pierre.

Mais auparavant, au XIVe siècle, il avait de sens de rigole, gouttière, évier, auge ou bassin, emprunté à l’ancien normand ‘daela’. Et c’est à partir de cette acception qu’au XVe siècle, le mot, en version argotique, a désigné le gosier, cette ‘rigole’ par laquelle passent les boissons et les aliments, sens qui a donné aussi les expressions « se rincer la dalle » ou « avoir la dalle en pente » (qu’il ne faut pas confondre avec notre avoir la dalle)

Avoir la dalle date de 1960, semble-t-il (chez Auguste Le Breton). C’est une atténuation de crever la dallequi est un mélange bizarre de « crever de faim » avec cette fameuse ‘dalle’ sur laquelle glissent les aliments.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To have the slab »

Equivalent : « To die of hunger », « To starve to death » (UK) – « To be hungry enough to eat a horse » (US)

Habiller pour l’hiver (ou « Être habillé(e) pour l’hiver »)

44223978_1810926885692086_2159272074802102272_n

Définition de l’expression « Habiller pour l’hiver » ou « Être habillé(e) pour l’hiver »

Dire du mal (de quelqu’un).

Origine de l’expression

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est intéressant de se pencher un peu sur l’étymologie du verbe ‘habiller’, car elle est assez bizarre.
En effet, vers 1200, ‘abiller’ (construit avec le mot ‘bille’ et le préfixe ‘a-‘) veut dire « préparer une bille de bois » ou « ébrancher et écorcer »
Et alors qu’une hache sert justement à tailler le bois, le ‘h’ a été ajouté au 15ème siècle (scie, scie !) et c’est ensuite l’influence du mot ‘habit’, et dans une moindre mesure de ‘habile’, qui a fait complètement glisser le sens du verbe vers celui d’aujourd’hui.

Cela dit, dire du mal de quelqu’un, c’est aussi lui « tailler un costard » mais également « lui mettre (diverses choses) sur le dos ».
Ici, c’est la médisance ou la calomnie qui, au figuré, recouvre, enveloppe ou ‘habille’ la pauvre cible (généralement absente).

Sachant que l’expression « habiller (quelqu’un) » existe avec le même sens depuis le milieu du 18ème siècle, on peut se demander pourquoi « pour l’hiver ».
La réponse est très simple : pendant cette saison, il faut des vêtements plus épais pour ne pas avoir froid ; c’est pourquoi on imagine que les médisants se font un plaisir de rajouter des couches de calomnie, assurant que l’heureux ‘bénéficiaire’ n’aura absolument aucun problème de refroidissement.

Source

Traduction en anglais

Littérale : « To dress someone up for Winter » ou « To be dressed-up for Winter »

Equivalent : « To roast someone » ou « To talk about someone behind their back »

Et en anglais, ça donne quoi ?

etre_habille_pour_lhiver_to_roast_someone_les_dedexpressions
Les Dédexpressions

Toucher du bois

43698399_1802053229912785_5958701269848686592_n

Définition :

Conjurer le mauvais sort.

Origine :

La signification de cette expression est explicite : il ne s’agit là que d’un geste superstitieux, souvent accompagné de la parole « je touche du bois ! », tout aussi efficace que de « croiser les doigts » ou de se signer, selon les convictions ou les habitudes de chacun.
Ce geste est supposé empêcher que des bâtons viennent se mettre dans les roues des projets de celui qui y participe ou lui permettre d’exaucer ses voeux de santé, de gain au Loto…

Apparemment, cette superstition remonte à très loin, puisque les les Perses et les Egyptiens la pratiquaient déjà.
Pour les premiers, ce serait parce qu’ils pratiquaient le ‘mazdéisme’, religion dans laquelle le fait de toucher du bois permettait de se mettre sous la puissance protectrice d’Atar, le génie du feu.
Pour les seconds, ce serait parce qu’il pensaient que le bois diffusait une forme de magnétisme bénéfique.

Au Moyen Âge, les chrétiens disaient que l’habitude de toucher du bois venait de ce que le Christ avait été sacrifié sur une croix en bois : toucher du bois était donc une forme de supplication ou de prière qui permettait de se protéger de l’adversité.

Traduction en anglais :
Littérale : « To touch wood »
Equivalent : « To touch wood » (Angleterre), « To knock on wood » (Etats-Unis)

Chapeau bas !

FE2EC15F-F83A-4415-B94C-F6A8588BAD28

Définition :

Quelle remarquable performance !

Origine :

Cette expression tire son origine dans nos coutumes de politesses, qui invitent les hommes à se découvrir le chef en certaines occasions. Face à une performance notable, en guise de respect, on était ainsi prié de faire chapeau bas.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : “Hats low”

Equivalent : “Hats off”

 

 

Trouver chaussure à son pied

31870877_1576605072457603_656133589645131776_n

Définition :

Trouver ce dont on a besoin.
Rencontrer la personne qui convient.

Origine :

Cette locution apparaît au début du XVIIe siècle, mais avec un sens bien différent puisqu’elle voulait dire « trouver quelqu’un qui résiste », le ‘à’ signifiant ‘contre’, à l’époque, et l’image étant celle d’un pied chaussé appuyant contre le sien.

Son sens actuel est une métaphore basée sur quelque chose de parfaitement compréhensible : une chaussure de taille inadaptée peut très vite devenir extrêmement désagréable et douloureuse ; pour se chausser, mieux vaut donc trouver des souliers à la fois à la bonne taille et ayant une forme adaptée aux pieds qu’ils vont chausser.
De là la généralisation au fait de trouver quelque chose dont on a besoin (et donc qui convient).

Mais on ne peut pas faire l’impasse sur le singulier (on ne dit pas « trouver chaussures [adaptées] à ses pieds ») qui n’est pas si singulier que ça quand on comprend les sous-entendus sexuels que véhicule cette expression, ‘le’ pied et ‘la’ chaussure étant bien deux choses situées sous la ceinture et destinées à rentrer l’un dans l’autre.
Il en reste d’ailleurs le sens de la rencontre de la personne qui convient.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To find a shoe for one’s foot »

Equivalent : « To find the one » ou « To find what you’re looking for »

 

 

Être né avec une cuillère d’argent dans la bouche

31292653_1568978119886965_1774920465623720453_n

Définition : 

Être né riche / dans une famille riche.
Ne pas avoir de soucis pécuniaires à se faire pour son avenir, dès la naissance.

Origine : 

Cette expression, dont la date d’apparition en France n’est pas précise, est une traduction littérale de la version anglaise « born with a silver spoon in his mouth » dont la première attestation en Angleterre se trouverait dans une traduction de Don Quichotte de Cervantès parue en 1712.
Aux États-Unis, elle apparaît en 1780 dans un des volumes de l' »Adams Family Correspondence ».

Si les cuillères ont d’abord été en bois, elles ont ensuite été principalement fabriquées en étain. Mais, dans les familles riches, il était de tradition que le parrain offre à son filleul une cuillère en argent au moment de son baptême, ce métal étant bien sûr une matière beaucoup plus noble et chère que l’étain.
Cet objet était donc un symbole prouvant à la fois que le bébé était né dans une famille très aisée et qu’il n’aurait donc probablement pas de soucis financiers dans le futur.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To be born with a silver spoon in the mouth. »

Equivalent : « To be born with a silver spoon in the mouth. »

 

 

 

Péter un câble

peter un cable

Définition :

(Version familière de « Péter un plomb »). S’énerver de manière subite.

Origine :

Lorsque les plombs surchauffent, suite à une trop forte intensité électrique, ils « pètent », et tombent en panne. L’expression illustre ainsi un énervement soudain, d’une intensité telle que la réaction est inattendue et disproportionnée.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To break a cable » or « To break a lead »

Equivalent : « To go off the rails »

Il y a du monde au balcon

27658023_1496832373768207_7482318094360771314_n

Définition : 

Langage familier servant à rendre hommage aux appas généreux d’une femme.

Origine : 

Il est à remarquer que le corps humain est fréquemment converti dans la langue des expressions françaises en une maison ou un immeuble : une personne de petite taille est basse de plafond, un fou est symbolisée par l’expression française « il n’y a plus personne au logis » et celui qui n’est pas trop futé qu’il « n’a pas la lumière dans toutes les pièces ». De ce fait, notre expression française dont l’origine remonte au XIXème siècle cherche à montrer que visibles , découverts et saillants en façade comme un balcon, ce sont des seins de femme mis en valeur par un décolleté indiscret qui sont décrits dans cette expression française. L’opulence qu’ils semblent avancer se transcrit par la métaphore d’un nombre important de personnes qui se presseraient au balcon comme au théâtre pour voir la scène.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « The balcony is crowded »

Equivalent : « She’s well endowed! »

Arrondir les angles

Arrondir les angles

Définition :

Tenter de tempérer une opposition violente entre deux personnes.

Origine :

Arrondir les angles est une opposition métaphorique de l’angle et de la rondeur. L’aspect pointu de l’angle représente une dispute, un désaccord entre des personnes. A l’inverse, la rondeur symbolise la douceur et la diplomatie. Celui qui tente d’ »arrondir les angles » est donc celui qui tente d’amener un peu de calme dans une discussion houleuse.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To round the angles »

Equivalent : « To smooth things over »