Se lever du pied gauche

46094241_1851727374945370_912726137182879744_n

Définition :

Être de mauvaise humeur (dès le réveil).
Mal commencer une journée.

Origine :

Tout homme normal est droitier, c’est bien connu. Il est donc très maladroit (ou très gauche) de ses membres gauches.
Par conséquent, tout homme normal se lève de son lit en commençant par poser son pied droit par terre ; c’est d’une totale évidence, n’est-ce pas ?

Si, par malheur, il vient à poser d’abord son pied gauche à celui du lit, c’est que, par métaphore, la journée démarre très mal, ce qui, on le conçoit bien, peut mettre de fort mauvaise humeur.

Même si c’est un tantinet capillotracté, il ne faut pas chercher plus loin l’origine de cette expression.

Cela dit, on ne peut oublier quand même que ‘gauche’ se disait avant ‘senestre’, mot qui a la même origine que ‘sinistre’. Alors on ne peut s’empêcher de faire un lien, même s’il est ténu.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To wake-up from the left foot »

Equivalent : « To get out of the wrong side of the bed » or « To be off color »

Trouver chaussure à son pied

31870877_1576605072457603_656133589645131776_n

Définition :

Trouver ce dont on a besoin.
Rencontrer la personne qui convient.

Origine :

Cette locution apparaît au début du XVIIe siècle, mais avec un sens bien différent puisqu’elle voulait dire « trouver quelqu’un qui résiste », le ‘à’ signifiant ‘contre’, à l’époque, et l’image étant celle d’un pied chaussé appuyant contre le sien.

Son sens actuel est une métaphore basée sur quelque chose de parfaitement compréhensible : une chaussure de taille inadaptée peut très vite devenir extrêmement désagréable et douloureuse ; pour se chausser, mieux vaut donc trouver des souliers à la fois à la bonne taille et ayant une forme adaptée aux pieds qu’ils vont chausser.
De là la généralisation au fait de trouver quelque chose dont on a besoin (et donc qui convient).

Mais on ne peut pas faire l’impasse sur le singulier (on ne dit pas « trouver chaussures [adaptées] à ses pieds ») qui n’est pas si singulier que ça quand on comprend les sous-entendus sexuels que véhicule cette expression, ‘le’ pied et ‘la’ chaussure étant bien deux choses situées sous la ceinture et destinées à rentrer l’un dans l’autre.
Il en reste d’ailleurs le sens de la rencontre de la personne qui convient.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To find a shoe for one’s foot »

Equivalent : « To find the one » ou « To find what you’re looking for »

 

 

Avoir les deux pieds dans le même sabot

avoir les deux pieds dans le meme sabot

Définition :

Être embarrassé, incapable d’agir.
Être passif, sans initiative.

Origine :

Faites une tentative très simple : prenez une chaussure du double de votre taille normale en largeur -cherchez bien, ça peut se trouver, surtout si vous chaussez petit-, mettez-y vos deux pieds ensemble, puis tentez d’attraper votre chat.
De trois choses l’une : soit vous n’avez pas de chat et vous ne risquez pas grand chose, soit vous avez à portée de main quelque chose où vous raccrocher avant de prendre une gamelle, soit vous vous étalez superbement par terre.

Car, au cas vous ne l’auriez pas déjà compris avant même de tenter l’expérience, vous êtes fait pour avancer en déplaçant vos pieds l’un après l’autre, pas les deux en même temps.
Vos pieds accolés ensemble vous embarrassent sérieusement, vous rendent inaptes à une action mobile, sauf, peut-être, à un de ces jeux hautement intellectuels comme la course en sac, par exemple.

Il n’en a pas fallu beaucoup plus pour qu’un type qui se croyait perspicace imagine un jour cette expression avec le premier sens indiqué.

Bizarrement, on ne trouve des traces écrites de l’utilisation de cette expression qu’au XXe siècle, alors que l’usage des sabots était déjà en large perte de vitesse. C’est pourquoi certains lexicographes supposent qu’elle est tout de même antérieure.

Le deuxième sens proposé est une simple extension du premier, celui qui est incapable d’agir pouvant aussi, quand on ne connaît pas la cause de son inaction, être pris pour quelqu’un de passif ou manquant d’initiative.

Souvent employée sous une forme négative (« ce bonhomme-là, monsieur, il est loin d’avoir les deux pieds dans le même sabot »), l’expression désigne alors une personne énergique, dynamique.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To have both feet in the same clog »

Equivalent : « To be lacking in get up and go »

Six pieds sous terre

18121668_1231171770334270_3949555107215911093_o

Définition :

Décédé.

Origine :

Cette expression date du XVIe siècle. En effet, c’est environ à cette époque que des règles strictes commencent à voir le jour quant à l’enterrement et au cimetière. Il est alors décidé que, pour éviter que les chiens ne viennent déranger les cercueils, ceux-ci devaient être enterrés à une profondeur réglementaire de 1m80 soit six pieds.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « Six feet underground »

Equivalent : « Six feet under »

 

Au pied de la lettre

17103597_1179826815468766_7784721025240153528_n

Définition :

Dans le sens strict des mots.
En n’en faisant aucune interprétation.
Scrupuleusement (prendre quelque chose, exécuter un ordre…).

Origine :

Cette expression existe depuis le XVIe siècle.
Pied y a le sens de ‘mesure’ (à la mesure de la lettre).

Elle viendrait d’une allusion à la Bible dans un passage de laquelle (la deuxième lettre aux Corinthiens – 3,6) la lettre, l’interprétation littérale des mots, est clairement opposée à l’esprit, le véritable message ou l’intention dissimulé sous les mots.

Certains ont lié l’origine au pied (au bas) d’une lettre ou d’un courrier.
Mais apparemment, rien ne permet de valider cette hypothèse.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « At the foot of the letter »

Equivalent : « To the letter »

Couper l’herbe sous le pied

raconter-des-salades-modifie1

Définition :

Frustrer quelqu’un d’un avantage attendu en le devançant.
Empêcher quelqu’un de réussir dans une entreprise en le supplantant.

Origine :

Remontons un peu vers le XIVe siècle, deux siècles avant que l’expression apparaisse.
À cette époque, on désignait par ‘herbes’ les légumes verts et les salades, en fait toutes les plantes dont on consommait les feuilles (les ‘racines’ désignant les légumes poussant sous terre comme les carottes, et les ‘gousses’ servant à nommer les légumes à écosser comme les fèves ou les petits pois).

Par extension, ce mot a désigné les légumes en général, d’où des appellations comme le « bouillon aux herbes » pour la soupe de légumes ou le « marché aux herbes ».

Ensuite, par métaphore, « l’herbe » a aussi servi à désigner les moyens de subsistance, ce qui a donné naissance à « l’herbe lui manque sous les pieds » pour dire « il manque de moyens d’existence », expression dans laquelle l’herbe a retrouvé sa place normale, sous les pieds et non pas sur les étals.

C’est ensuite probablement par mélange avec « couper les vivres » qui comporte également une notion de privation volontaire, que notre expression est apparue.
Son sens initial qui était quelque chose comme « empêcher quelqu’un de se procurer des moyens de subsistance » s’est élargi à des empêchements plus généraux touchant tous les domaines.

Il a existé quelques variantes de cette locution puisque le verbe ‘couper’ y a parfois été remplacé par ‘faucher’ ou ‘tondre’.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To cut the grass under the foot »

Equivalent : « To pull the rug from under someone’s feet » ou « To steal someone’s thunder »

Prendre son pied

11214040_818719904912794_2185620307328844319_n

Définition :

Avoir du plaisir.

Origine :

Cette expression date du XIXe siècle. Le pied désignait une ration à l’époque des corsaires : il s’agissait de l’unité de mesure pour partager les biens d’un butin de façon équitable. Plus généralement, on l’emploie lorsque quelqu’un est satisfait, qu’il a eu son compte !.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To take one’s foot »

Equivalent : « To get off on » ou « To get a thrill from » ou « To get one’s  kicks »

Être au pied du mur

pied du mur

Définition :

Être contraint d’agir.

Origine :

L’expression « être au pied du mur » date de la fin du XVIe siècle. On disait anciennement « estre à pied de mur », puis « se trouver au pied du mur sans échelle » en 1593. Cette variante montre bien l’impossibilité de se sortir d’une situation contraignante. « être au pied du mur » signifie que l’on se trouve contraint d’agir, que l’on ne peut plu reculer devant un problème ou une responsabilité.

Source

Traduction en anglais :

Littérale : « To be at wall’s foot »

Equivalent : « To be cornered » ou « To be up against the wall » ou « Up the creek without a paddle »